Logo Sautozieux Création

Fresque DES MOULINS de Joliette, 2019

Le village d'industrie de Barthelemy Joliette

Fresque DES MOULINS de Joliette, 2019
Fresque « des moulins » de Joliette
Fresque « des moulins » de Joliette
Fresque « des moulins » de Joliette
inauguration Fresque « des moulins » de Joliette
Fresque « des moulins » de Joliette
Fresque « des moulins » de Joliette

Mandat

Description de la Fresque « les moulins » de Joliette          
La Fresque « les moulins » de Joliette se déploie sur les deux murs nord-est de l’usine de traitement d’eau, visibles depuis le pont Chevalier qui chevauche la rivière l’Assomption. Les lignes sinueuses et structurantes qui passent à travers les deux ouvertures architecturées, sur lesquelles les éléments identitaires de l’œuvre s’appuient, soulignent l’intensité et la force de l’eau de cette importante rivière, à l’origine de la fondation de Joliette.
Dans l’ouverture de la scène principale, nous apercevons à l’arrière-plan le village d’industrie entre 1824 et 1850. Les premiers moulins à bois, à carder et à farine, de couleurs plus soutenues, sont positionnés à l’avant plan d’une vue en perspective sur le hameau de l’époque où on retrouve un pont couvert (situé à l’emplacement actuel du pont Chevalier), plusieurs résidences faisant référence aux 43 familles qui habitaient le village d’industrie à cette époque, le grand marché couvert, le collège, la première église, ainsi que les deux manoirs identiques du fondateur de la ville, Barthélémy Joliette et son épouse, la Seigneuresse Marie-Charlotte Tarieu de Lanaudière et celui de sa sœur, Marie-Antoinette Tarieu de Lanaudière, épouse de Pierre-Charles Loedel.
Trois de ces importants personnages (choisis pour leur implication dans la fondation et le développement du village d’industrie) sont représentés en médaillons plus bas, dans des dessins techniques de roues d’engrenage des moulins activés par l’eau et représentant chacun des trois premiers moulins : à bois, à carder et à farine.
Sur la droite, la première locomotive Dorchester sur rail, positionnée en direction de Lanaudière, fait référence à l’exportation du bois vers l’Angleterre. Le tracé du rail de chemin de fer prend naissance près de la rivière, où on aperçoit des billes de bois flottant sur l’eau et suit la forme du mouvement des lignes structurantes et poétiques de l’eau qui deviennent, sur le haut à droite de la fresque, des fils de laine cardée.
Dans l’ouverture sur le mur côté rivière, nous apercevons une grande roue à aube située à l’intérieur d’un moulin, partiellement caché par la structure architecturale qui fait référence à l’arche de la scène principale de la Fresque du marché, située sur la Place Bourget. L’eau et les vagues aquarellées s’inspirent du travail du peintre de joliettain Wilfrid Corbeil et font référence au remous de la rivière qui dirigent le regard vers les autres industries venues s’installer plus tard au fil du temps et de l’eau qui passe. Ainsi nous apercevons sur la gauche la Fonderie Joliette, la Canadian Gypsum et Papier McArthur et la Vessot.
La devise de Joliette, NATURE, TRAVAIL, CULTURE est représentée à travers tous les éléments de contenu de la fresque.
Merci au membres du Comité aviseur et à nos collaborateurs:
Claudia Bertinotti, conseillère municipale
Paul Bergeron, CCU, CLP
Claude Perreault, professeur d’histoire
Alain Beaudry, Maire de Joliette
Patrick Lasalle, Conseiller municipal
Sylvain Gagnon, dir. aménagement du territoire
Jean-François Bélisle, DG et conservateur en chef
Au Musée d’art de Joliette
Marie-Chantal Lachance, SAUTOZIEUX
Nathaly Lessard, SAUTOZIEUX
Marie-Josée Hardy, chef de division – culture et vie communautaire
Merci à notre super équipe de peintres muralistes SAUTOZIEUX , Gitane, Caroline  et Isabelle

Conception et réalisation de l’œuvre par SAUTOZIEUX


 

Spécifications techniques

Type d’œuvre : Fresque graphique narrative
Dimensions : 11 m X 8 m (mur de droite) et 14 m x 8 m (mur de gauche)
Technique utilisée : Peinture acrylique sur béton


Top